Irène Suchocki creates visual poems that evoke a sense of magic, delight, nostalgia and romance.

Irene est une photographe free-lance issus des beaux-arts de Montréal , Canada.Combinant son amour de Voyage avec son goût de l’esthétique onirique , Irene crée des photographies qui s’assimilent plus à des poèmes visuels évoquant un sentiment de magie , de joie , de nostalgie et de romantisme.

Sa série de photographies sur Paris, New York, Londres et l’Italie montrent ces lieux emblématiques d’une manière unique, donnant au spectateur le sentiment d’avoir entrebâillé une porte secrète dans un monde « irréel », le tout mis en exergue par des couleurs le plus souvent pastels dans un flou artistique omniprésent.

PARIS, CITY OF LOVE

« Ajoutez deux lettres à Paris : c’est le paradis »

(Jules Renard)

Paris Photograph – Le Printemps (Irene Sushocki)

Petit Paris (Irene Sushocki)

Folie (Irene Sushocki)

Le Square (Irene Sushocki)

ITALIE: LA DOLCE VITA

« Tout est sans prix L’amour sans prise Un plaisir seul n’est pas un leurre Et la lumière se divise à l’arc-en-ciel rompu des pleurs Car nulle part comme à Venise on ne sait déchirer les fleurs Nulle part le coeur ne se brise comme à Venise la douleur Chante la beauté de Venise afin d’y taire tes malheurs. »

(Le Roman inachevé de Louis Aragon)

When the morning comes (Irene Sushocki)

The Slow Boat (Irene Sushocki)

Postcard from the edge (Irene Sushocki)

NEW-YORK NEW-YORK

« Parfois, au-delà des gratte-ciel, le cri d’un remorqueur vous surprend dans votre insomnie, et vous vous souvenez que ce désert de fer et de ciment est une île ».

(Albert Camus, écrivain français, 1913-1960)

Fairytale of New York (Irene Sushocki)

(Irene Sushocki)

(Irene Sushocki)

(Irene Sushocki)

(Irene Sushocki)

LONDON CALLING

Un soir, Londres avait été pour lui un désert peuplé de trois ou quatre amis le lendemain, c’était une ville des Mille et Une Nuits, toute semée de palais illuminés qui s’ouvraient au plus illustre des jeunes Anglais. Une grande société mondaine (c’est-à-dire, comme disait Byron, les quatre mille personnes qui sont debout quand tout le monde est couché) est toujours sujette à de rapides mouvements d’admiration et de dégoût parmi ces hommes et ces femmes qui se voient chaque jour, chaque soir, une gloire nouvelle fait son chemin avec une foudroyante vitesse.

(Don juan ou la vie de byron, 1952)

(Irene Sushocki)


(Irene Sushocki)

(Irene Sushocki)

(Irene Sushocki)

CALIFORNIA DREAMIN’

« Je t’ai prise contre ma poitrine comme une colombe qu’une petite fille étouffe sans le savoir. Je t’ai prise avec toute ta beauté ta beauté plus riche que tous les placers de la Californie ne le furent au temps de la fièvre de l’or. »

(L’amour le dédain et l’espérance de Guillaume Apollinaire)

(Irene Sushocki)

(Irene Sushocki)

(Irene Sushocki)

DEEP SOUTH (and NEW ORLEANS)

« C’est à la Nouvelle-Orléans qu’il faut venir, disais-je souvent à Manon, quand on veut goûter les vraies douceurs de l’amour. C’est ici qu’on s’aime sans intérêt, sans jalousie, sans inconstance. »

(Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut, 1731)

(Irene Sushocki)

(Irene Sushocki)

(Irene Sushocki)

Plus de photographies sur le site d’Irene Suchocki: http://www.eyepoetryshop.com)

Tout droits réservés Irène Suchocki

Publicités