Keystone Agency and its many iconic photographs.

Une autre de mes passions est le cinéma et la musique. Et j’aime énormément flâner sur Pinterest, certain site Américain de vente de photographies de films pour (re)découvrir des clichés «inédits», re regarder les photographies de Xavier Martin de l’agence Angeli ou encore celles de Raymond Cauchetier.

Jack Nicholson, St Tropez, 1976 by Xavier Martin

Anna Karina & Jean-Paul Belmondo on the set of ‘Une Femme est Une Femme’ photographed by Raymond Cauchetier, 1961

Mais il y a une agence spécialisée en cela que j’affectionne tout particulièrement car pour moi, sa base de données est riche de photographies iconiques plus intéressantes les unes que les autres.

Créée en 1927, Keystone Agency fut la première grande agence de reportages photographiques à disposer de bureaux à travers le monde (Londres, Berlin, New York, etc…). Dès sa création, elle a produit quantité d’histoires sur tous les continents et sur tous types de sujets (arts, sciences, vie quotidienne, industrie, grands événements politiques, sportifs et culturels). Elle a également acquis de nombreuses collections lui permettant de constituer un fonds de plus de 15 millions de photographies qui témoignent de l’histoire, des personnalités et des arts sur une période allant de l’antiquité à nos jours (1985). De la révolution russe à l’avènement de l’IIIème Reich, de la Première Guerre Mondiale à la signature des accords de Camp David, l’essentiel du 20ème siècle est illustré dans la collection Keystone.

Corin William Redgrave; Sir Michael Redgrave; Rachel Kempson, Lady Redgrave; Vanessa Redgrave by Keystone Press Agency Ltd



La collection Gamma-Keystone représente une étonnante source de photos immortalisant les années 1920 jusqu’au nouveau millénaire. Constituée des archives de Gamma Presse et de Keystone France, cette collection contient plus de 750 000 images.

PORTRAITS – Incluant vedette, personnalités de nouvelles, royautés, artistes, politiciens, mannequins et designers, athlètes et acteurs de télévision. Aussi groupes ethniques indigènes de tout le monde.

PAYSAGES – Incluant les places de signification historique, animaux, architecture et paysages scéniques. Géographie couvrant Nord et l’Amérique du Sud, Caraïbe, l’Europe, l’Australie, le Moyen-Orient, l’Asie, l’Afrique et la Russie.

BEAUX ARTS – Incluant peintures, dessins et sculptures.

MUSIQUE – Inclusion de tous les genres et décennies.

TRANSPORTS – Inclut des automobiles, des trains, des avions, des bateaux et des bicyclettes.

TECHNOLOGIE – Science moderne, systèmes d’ordinateur, systèmes satellites, médecine.

Voici une sélection de photographies iconiques instructive en Cinéma et Musique :

Marilyn Monroe 1960

Les rôles successifs de Marilyn Monroe dans des films tels que Les hommes préfèrent les blondes (1953) ou Certains l’aiment chaud (1959) ont grandement participé alors à la reconnaissance cinématographique et à la gloire de la comédienne. Saisie ici sur un rocher, uniquement vêtue d’un maillot de bain et de hauts escarpins, elle pose, comme à son habitude, de manière très sensuelle et spontanée. Le retentissement d’une telle prise de vue, à la fois provoquante et attrayante, et qui l’érige en « sex-symbol », lui assure rapidement une forte popularité auprès du public.

Marilyn Monroe 1960


Streets of Las Vegas, 1967

À une époque où le tourisme de masse et la télévision n’étaient pas si développés, des photoreportages représentant des scènes de la vie quotidienne ont permis de rendre compte de l’actualité des années 60 et 70 et de l’évolution des sociétés contemporaines. Au gré de nombreux voyages réalisés dans des grandes métropoles telles que New York, Las Vegas ou encore Tokyo, des reporters, par le biais de la photographie de rues, ont partagé leurs points de vue sur l’apparent développement économique et urbain de celles-ci. Certaines caractéristiques communes à des villes pourtant géographiquement éloignées s’en distinguent. On constate en effet sur ces paysages, la présence de nombreux gratte-ciels illuminés par les ampoules et les néons de multiples enseignes et panneaux publicitaires. On y voit des formes de couleurs intenses dominer de grandes avenues animées par un trafic important et une offre de divertissement de plus en plus considérable.

Streets of Las Vegas, 1967

Broadway by night, 1970

Créée en 1927, Keystone fut la première grande agence de reportages photographiques à disposer de bureaux à travers le monde (Londres, Berlin, New York, etc…). Dès sa création, elle a produit quantité d’histoires sur tous les continents et sur tous types de sujets (arts, sciences, vie quotidienne, industrie, grands événements politiques, sportifs et culturels). Elle a également acquis de nombreuses collections lui permettant de constituer un fonds de plus de 15 millions de photographies qui témoignent de l’histoire, des personnalités et des arts sur une période allant de l’antiquité à nos jours (1985). De la révolution russe à l’avènement de l’IIIème Reich, de la Première Guerre Mondiale à la signature des accords de Camp David, l’essentiel du 20ème siècle est illustré dans la collection Keystone.

Broadway by night, 1970



À coeur joie

A une époque encore pudibonde, BB est une femme et une actrice libre. Arletty dit, non sans humour, à propos de Bardot : « Avant elle, les stars descendaient les escaliers empanachées. Elle les montait nue. Le public y a gagné». Dans le bien nommé « A cœur joie », l’actrice incarne une cover girl vivant une liaison extraconjugale passionnée. Une partie du tournage à lieu à Londres où le personnage part faire des photographies publicitaires. Pour les besoins du film, Bardot prend la pose sur le pont d’un bateau flottant sur la Tamise. En 1956, son propre époux, Roger Vadim, lui prédit qu’elle sera « le fantasme inaccessible de tous les hommes mariés ». Onze ans après, Brigitte Bardot incarne à nouveau, au cinéma comme à la ville, et pour bien longtemps encore, la femme sensuelle qui brave les interdits pour vivre ses passions.

À coeur joie



On the set of

A une époque encore pudibonde, BB est une femme et une actrice libre. Arletty dit, non sans humour, à propos de Bardot : « Avant elle, les stars descendaient les escaliers empanachées. Elle les montait nue. Le public y a gagné». Dans le bien nommé « A cœur joie », l’actrice incarne une cover girl vivant une liaison extraconjugale passionnée. Une partie du tournage à lieu à Londres où le personnage part faire des photographies publicitaires. Pour les besoins du film, Bardot prend la pose sur le pont d’un bateau flottant sur la Tamise. En 1956, son propre époux, Roger Vadim, lui prédit qu’elle sera « le fantasme inaccessible de tous les hommes mariés ». Onze ans après, Brigitte Bardot incarne à nouveau, au cinéma comme à la ville, et pour bien longtemps encore, la femme sensuelle qui brave les interdits pour vivre ses passions.

On the set of


Tapis rouge

1969 Jane Birkin et Serge Gainsbourg se rencontre en 1968 sur le tournage du film «Slogan». L’artiste, qui tient le 1er rôle masculin, n’est pas satisfait de donner la réplique à Birkin qu’il trouve «nulle». Les relations entre la jeune anglaise et Gainsbourg sont difficiles : ils se supportent à peine. Gainsbourg sort tout juste d’une relation passionnelle et tumultueuse avec Brigitte Bardot tandis que le mariage de Birkin avec John Barry vient de se terminer. La magie finira par opérer et le couple sera un des plus médiatiques durant un peu plus de 10 ans. Serge Gainsbourg sera comme un pygmalion pour Birkin. Les chansons composées par Gainsbourg et interprétées par Birkin seront en tête des hit-parades. Cette photographie a été prise en 1969 lors du Gala de l’Union des artistes. Pour alimenter les caisses des œuvres sociales de l’Union des artistes, les plus grandes vedettes sont sollicités pour participer, gratuitement, à un spectacle de cirque. En tenue de soirée, le sulfureux duo de «Je t’aime… moi non plus» et de «69 Année érotique» foule le tapis rouge.

Tapis rouge


Stones by Godard

1968 Imprégné par le mouvement contestataire français de 68, Godard part à Londres filmer les Rolling Stones. Dans son film « One + One », Godard rompt avec la fiction et entame une période réflexive et expérimentale imprégnée de politique. Les Stones, qui sont alors plus connus pour leurs frasques et leurs démêlés avec la justice que pour leurs talents musicaux, représentent la contestation et la révolte. Si Godard n’a pas d’idée préconçue sur ce qu’il veut tourner, son idée est de « superposer deux discours: un sur la musique, un sur la politique. Puis voir ce qu’il en sortait ». Les Stones acceptent avec enthousiasme de participer à ce projet expérimental d’autant plus que Godard leur assure une caution artistico-politique. Le documentaire a pour sujet unique l’enregistrement en studio de morceaux avec la mise en avant du work in progress.

Stones by Godard


Paddington station

De 1960 à 1970, les Beatles ont à leurs actifs 12 albums et plus de 200 chansons. Ils sont encore à ce jour le groupe ayant vendu le plus de disques au monde. Le 02 mars 1964, John Lennon, Paul Mc Cartney, George Harrison et Ringo Starr se font photographier à la station Paddington à la fenêtre du wagon utilisé pour leur premier film « A hard Day’s Night » (« Les quatre garçons dans le vent » pour la France). Cette comédie-reportage met en scène trois jours dans la vie des Beatles. Le réalisateur Richard Lester filme aussi bien les scènes d’hystérie collective que déclenchent à chaque fois les membres du groupe que les répétitions et les concerts.

Paddington station




Like a Rolling Stone

1967 Cette photographie a été prise le 11 janvier 1967, dans Green Park, quelques jours avant que les Rolling Stones s’envolent pour les Etats-Unis. En tournée promotionnelle à l’occasion de la sortie de leur album « Between the buttons », les Stones sont attendus au Ed Sullivan Show. La chanson « Let’s spend the night together » fait scandale. Mick Jagger est donc contraint de dénaturer les paroles pour le public américain et transforme « Let’s spend the night together » en « Let’s spend some time together ». L’aura de scandale autour des Stones sert leur carrière et c’est à la même période que leur manager lance le slogan « Laisseriez-vous votre fille épouser un Rolling Stones? »

Like a Rolling Stone


Bed Peace

1969 De 1960 à 1970, les Beatles ont à leurs actifs 12 albums et plus de 200 chansons. Ils sont encore à ce jour le groupe ayant vendu le plus de disques au monde. John Lennon est un des auteurs-compositeurs-fondateurs du groupe mythique. Il rencontre Yoko Ono en 1966 dans une galerie d’art londonienne. Par amour pour cette artiste du groupe Fluxus, John Lennon quitte femme et enfant. Ils se marient le 20 mars 1969. Cette photographie a été prise à Amsterdam à l’Hôtel Hilton pendant leur voyage de noces. Yoko Ono et John Lennon donnent une conférence de presse de leur lit pour promouvoir la Paix dans le monde.

Bed Peace



Beatles on the stage
1966 De 1960 à 1970, les Beatles ont à leurs actifs 12 albums et plus de 200 chansons. Ils sont encore à ce jour le groupe ayant vendu le plus de disques au monde. Le 25 juin 1966, à Munich, les Beatles donnent un concert au Circus Krone Bau. L’acteur allemand Thomas Fritsch se tient sur la scène entre George Harrison et Ringo Starr. Les Beatles ont toujours entretenu une histoire particulière avec les Allemands et l’Allemagne. En effet, leur premier engagement sérieux est pour une série de concert à Hambourg. Ils font en tout cinq séjours dans cette ville entre 1960 et 1962 pour honorer des engagements. De l’avis même des Beatles, c’est en Allemagne qu’ils ont appris à devenir des pros. John Lennon dira aussi que s’il n’existe pas d’enregistrement, c’est pourtant lors de ces concerts à Hambourg qu’ils donnèrent le meilleur d’eux-mêmes.

Beatles on the stage


Beatles

(1967) De 1960 à 1970, les Beatles ont à leurs actifs 12 albums et plus de 200 chansons. Ils sont encore à ce jour le groupe ayant vendu le plus de disques au monde. C’est en 1961 que Brian Epstein devient le mentor des Beatles. C’est lui qui leur fera abandonner les blousons de cuir afin de gommer leur image de voyous. Epstein décide de leur faire adopter le complet veston et leur coupe de cheveux caractéristique. Le 19 mai 1967, les 4 membres des Beatles donnent une conférence de presse à propos de la sortie prévue pour le 1er Juin de leur nouvel album Sergent Pepper’s lonely Hearts Club Bands. L’image des quatre garçons dans le vent a profondément évolué. Depuis 1966, les Beatles ont décidé de ne plus se produire en concert. Ils se consacrent plus que jamais à la composition et à l’enregistrement en studio.

Beatles

Pour le plaisir des yeux, un cliché de Serge Gainsbourg photographié par Xavier Martin et un autre tiré de «A bout de Souffle» photographié par Raymond Cauchetier.

Serge de Xavier Martin

«C’est à l’initiative de Serge que cette photo s’est faite. Serge qui savait que nous collaborions pour le journal Paris Match nous interpella:  » Hé les gars qu’est ce qu’il faut que je fasse pour passer dans votre canard ? » après avoir énuméré quelques âneries du style « épouse telle princesse » on en vint à la baignoire. (…) Serge ajouta « comme ça on arrêtera de dire que je suis dégueulasse ! » Alors qu’à l’époque, ce reportage était pratiquement passé inaperçu, je crois que de toutes les photos que j’ai faite, c’est indiscutablement celle dont on me parle le plus.»

Le sourire de Serge de Xavier Martin

Serge de Xavier Martin


Jeux de miroir de Raymond Cauchetier

Au lendemain de la Guerre, la France vit les Trente Glorieuses. La jeunesse en profite pour basculer dans la modernité et les jeunes réalisateurs veulent coller à cette réalité. Le film de Godard « À bout de souffle », sorti en 1960, est emblématique de « la Nouvelle Vague ». Le ton est à la liberté et l’insouciance. La belle tombe amoureuse de la petite frappe. Ils arpentent Paris, clope au bec, s’aiment dans des hôtels et cela avec une liberté de ton, de corps et de mouvement alors inédite.

Jeux de miroir de Raymond Cauchetier

Bouderie de Raymond Cauchetier

Regards de Raymond Cauchetier

Et une toute dernière sur la standardisation des individus dans le monde du travail, sous l’objectif de Jacques Tati.

Les automates et leur automobile

À la même heure, des bureaucrates habillés à l’identique reprennent leur voiture pour rentrer chacun chez soi. PlayTime de Jacques Tati (1967) © Les Films de Mon Oncle À la recherche d’un emploi, Monsieur Hulot a rendez-vous dans une ville ultramoderne toute de verre et d’acier. Rapidement égaré, il tente de résister tant bien que mal à cet environnement froid et impersonnel, où la neutralité des sons et des tons n’a d’égal que la répétition des formes. À la fois acteur et spectateur, partagé entre fascination et perplexité, son personnage est emporté par le tourbillon continu de la vie moderne.



Source :

http://www.yellowkorner.com/

Publicités