Sunset Boulevard (Boulevard du crépuscule).

Norma Desmond, grande actrice du muet, vit recluse dans sa luxueuse villa de Berverly Hills en compagnie de Max von Meyerling, son majordome qui fut aussi son metteur en scène et mari. Joe Gillis, un scénariste sans le sou, pénètre par hasard dans la propriété et Norma lui propose de travailler au scénario du film qui marquera son retour à l’écran, Salomé. Joe accepte, s’installe chez elle, à la fois fasciné et effrayé par ses extravagances et son délire, et devient bientôt son amant. Quand son délire se transforme en paranoïa et qu’elle débarque au milieu des studios Paramount pour convaincre Cecil B. DeMille de tourner à nouveau avec elle, Gillis commence à prendre ses distances…

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Un époustouflant film noir des années 1950, signé Billy Wilder, qui relate, avec une grande force, la déchéance d’une ancienne star du cinéma muet. L’ambiance froide, inquiétante, troublante et angoissante, qui règne tout au long du film est superbe. Une réalisation qui, entre gloire aveuglante et passion destructrice, nous livre une vision sombre, cynique, cruelle, et sans concession, de l’industrie cinématographique hollywoodienne!

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 


Trop souvent galvaudé le mot chef-d’oeuvre prend tout son sens avec Boulevard du crépuscule. Cette histoire de scénariste fauché poursuivi par ses créanciers et trouvant refuge chez une ancienne star du muet oubliée de tous sert de prétexte à Billy Wilder pour brosser un portrait au vitriol et pourtant étonnamment lucide de la jungle hollywoodienne. Jeu de miroir incroyablement fascinant et troublant surtout quand on sait que Gloria Swanson et Eric Von Stroheim ne sont pas loin de jouer leur propre rôle d’artistes déchus, Boulevard du crépuscule possède une audace narrative inégalable à l’instar d’une utilisation génialissime du flash-back et de la voix off (c’est un mort qui raconte l’histoire).

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Brouillant les cartes avec maestria (le studio que l’on découvre, c’est bien Paramount, le célèbre réalisateur qui rejette poliment Norma Desmond, c’est vraiment Cecil B. DeMille dont Gloria Swanson fut la star attitrée durant sa période muette,…), Billy Wilder n’hésite jamais à charger une usine à rêve boursouflée qui exploite puis rejette les siens sans aucun remord, où tout n’est qu’illusion, douce (quand le succès est là) ou amère et cruelle. Pour autant, le cinéaste n’oublie pas de mettre en évidence avec justesse tout le respect et l’amour qu’il a pour la magie de son art. À l’image de la légendaire séquence finale où le temps d’une brève descente d’escalier Gloria Swanson (l’un des deux ou trois numéros d’actrice les plus impressionnants du 7ème art) et Von Stroheim redeviennent ce qu’ils n’auraient jamais aimé cesser d’être : une star et un réalisateur. (Écran Large)

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

 

Boulevard du crépuscule by Billy Wilder

« Faites confiance à votre instinct. Il vaut mieux que les erreurs soient les vôtres, plutôt que celles de quelqu’un d’autre. » (Citations de Billy Wilder)

Publicités