Helen Levitt, The love of Child.

« It would be mistaken to suppose that any of the best photography is come at by intellection; it is like all art, essentially the result of an intuitive process, drawing on all that the artist is rather than on anything he thinks, far less theorizes about. »

By Helen Levitt


 

By Helen Levitt

 

 » I never had a “project.” I would go out and shoot, follow my eyes—what they noticed, I tried to capture with my camera, for others to see. »


 

By Helen Levitt


By Helen Levitt


 « A lot of my early pictures are, I think, quite funny. And these days I tend to look for comedy more and more. »


 

By Helen Levitt


By Helen Levitt


 » All I can say about the work I try to do, is that the aesthetic is in reality itself. »


 

By Helen Levitt


By Helen Levitt



Helen Levitt a grandi à Brooklyn, dans l’État de New York. Abandonnant l’école, elle apprend par elle-même la photographie en travaillant avec un photographe commercial. Alors qu’elle enseigne les arts à des enfants en 1937, elle est intriguée par le caractère éphémère des dessins à la craie qui sont, à cette époque, partie intégrante de la culture des gamins des rues de New York. Elle achète un Leica et commence à photographier les dessins dans les rues et les enfants qui les font.

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

Ses photographies rencontrent le succès lorsqu’elles sont publiées en 1987 dans In The Street: chalk drawings and messages, New York City 1938–1948. Cet ouvrage fut désigné comme l’un des 100 meilleurs livres de photos et sa première édition est aujourd’hui recherchée par les collectionneurs.

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

Elle étudia avec Walker Evans en 1938 et 1939. En 1943, Edward Steichen, au Museum of Modern Art, fut commissaire de sa première exposition individuelle, après quoi elle trouva un emploi de photographe documentaire pour la presse. À la fin des années 1940, elle fut brièvement réalisatrice d’un court-métrage en travaillant avec James Agee avec lequel elle tourna un court-métrage artistique, In the Street. En 1959 et 1960, elle reçoit deux bourses de la fondation Guggenheim pour prendre des clichés en couleur des rues de New York mais une bonne part de son travail a été volée dans un cambriolage.

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

Les photos restantes, et d’autres prises dans les années suivantes, ont été publiées dans Slide Show: The Color Photographs of Helen Levitt (mai 2005). Son premier ouvrage important est A Way of Seeing (1965). En 1976, elle devient « Photography Fellow » du National Endowment for the Arts.

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

Elle est restée une photographe active pendant près de 70 ans et vivait toujours près de New York où elle menait une vie discrète.

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

By Helen Levitt

 

“Since I’m inarticulate, I express myself with images.”- Helen Levitt

Publicités