décembre 14

Mots-clefs

Erwin Olaf

Je viens tout juste de recevoir la Seconde monographie consacrée au photographe néerlandais désormais culte de Erwin Olaf: Volume II. S’inspirant à la fois de l’imagerie très cinématographique des Etats-Unis dans les années 1950 et des couleurs des pays du Nord, il met en scène la solitude à l’ère contemporaine.

Erwin Olaf Volume ii

 

Erwin Olaf Volume ii

 

Erwin Olaf Volume ii

 

Erwin Olaf Volume ii

 

Erwin Olaf Volume ii

Le premier Volume, très difficile à trouver actuellement, explore les émotions et le jeu des apparences en se focalisant sur le moment suspendu qui se situe juste entre l’action et la réaction. Il utilise une imagerie de l’Amérique des années 1950-1960 et met en scène, de manière très sophistiquée, des personnages en proie à des sentiments de solitude, d’inquiétude ou de désespoir.

 

Erwin Olaf Volume i

 

Erwin Olaf Volume i

 

Erwin Olaf Volume i

 

Erwin Olaf Volume i

 

Erwin Olaf a tout d’abord étudié le journalisme à Utrecht avant de se lancer dans la photographie de mode et la publicité. Sa carrière a pris une dimension internationale après qu’il a reçu le premier prix du concours Young European Photographer pour sa série Chessmen en 1988. Cette série a ensuite fait l’objet d’une exposition au célèbre Musée Ludwig à Cologne en Allemagne.

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

En un regard ses travaux nous frappent par leur étrangeté, leur volonté provocatrice mais aussi par la solitude de ses personnages. Ses projets personnels portent sur des sujets très variés comme Paradise Portraits qui met en scène des clowns inquiétants « Pour moi, les clowns représentent l’anonymat et le danger. Même s’ils sont supposés amuser les enfants, ils sont effrayants » , Grief en 2007 qui montre des personnages endeuillés ou encore sa série Berlin en 2012 se passant dans le Berlin de l’entre-deux-guerres. Il accorde dans cette série une importance à la lumière.

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

L’artiste est ainsi parvenu à créer une poésie de la vie à travers ce triptyque qui, de prime abord, dégage une certaine froideur. I wish / I am / I will be nous renvoie à notre condition de simple être humain, vaniteux mais finalement si fragile. Et nous rappelant par la même occasion comme le temps passe vite…

I wish / I am / I will be Erwin Olaf

 

I wish / I am / I will be Erwin Olaf

 

Parmi ces figures, le clown imprègne nombre de projets de l’artiste hollandais. A la fois meilleur ami des enfants et possible monstre en version Stephen King et son chef d’oeuvre Ça. Ces deux visages sont déclinés à travers une installation et des portraits grands formats pour que le trouble soit plus fort.

A cela, la citation d’André Suarès confirme le malaise: «L’art du clown va bien au-delà de ce qu’on pense. Il n’est ni tragique, ni comique ; il est le miroir comique de la tragédie et le miroir tragique de la comédie.»

 

The Darkside Erwin Olaf

 

Les œuvres de Olaf sont caractérisées par l’humour visuel et la référence permanente aux formes de représentation de l’art et de la sous – culture. Une référence aussi à la stratégie de l’image exploitée par le pornographie et aux pratiques du monde publicitaire et de la photographie de mode, par rapport auxquelles Olaf prend le contre pied de manière cinglante et incisive.

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Dans ces dernières séries, Olaf explore le cœur et l’âme même de la beauté. Il tourne en dérision l’attitude adoptée par rapport à l’érotisme et dissèque plusieurs concepts gênants.

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Auto portrait Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

Erwin Olaf

 

More Works on

http://www.erwinolaf.com/home

Publicités