Araki Nobuyoshi

Les thèmes des photographies de Araki sont avant tout Tokyo, le sexe et la mort. Araki considère que la photographie est liée au sexe et à la mort, deux pulsions qui sont pour lui inséparables. Il photographie aussi beaucoup de femmes nues, à commencer par son épouse. Pour lui, la nudité est dans le portrait et non dans le corps. Il photographie aussi des fleurs, métaphore du sexe féminin.

 

Araki Nobuyoshi

 

Dans son ouvrage Love Hotel, paru en 2004, il expose les situations qui l’ont poussé à photographier des femmes nues.

 

Araki Nobuyoshi

 

Araki Nobuyoshi

 

 

Araki Nobuyoshi

 

Araki Nobuyoshi

 

Beaucoup de ses photographies sont datées, manière de signifier une adhérence de la photographie au présent qu’elle documente. Mais Araki sait aussi brouiller cette relation de la photographie à un présent-passé, par exemple en trichant sur les dates.

 

Araki Nobuyoshi

 

Araki Nobuyoshi

 

Ses travaux lui ont apporté une grande notoriété auprès du public japonais et international : ses photos sont la plupart du temps accompagnées de textes sur le mode d’un journal intime. Bien qu’Araki ait toujours contesté sa qualité d’artiste au sens romantique du terme, ses œuvres s’inscrivent dans l’art des avant-gardes de sa génération.

 

Araki Nobuyoshi

 

Araki Nobuyoshi

 

Araki a inauguré un genre de démarche photographique inédit, où l’objectif suit au plus près la vie de l’artiste dans une veine auto-fictive agencée avec une grande maîtrise. C’est, avant l’heure, une brèche dans ce médium originellement cloisonné, dont bien des photographes plasticiens ou des artistes contemporains suivront la trace à commencer par Sophie Calle, Nan Goldin ou Roman Opalka.

 

Araki Nobuyoshi


Araki Nobuyoshi

 

Araki Nobuyoshi

 

Araki Nobuyoshi


Araki Nobuyoshi

 

«Ce livre dit tout de moi. C’est un contrat de 60 ans. La photographie, c’est l’amour et la mort: voilà mon épitaphe.»

Araki Nobuyoshi (Taschen)

Dans la splendide édition limitée Araki de  chez Taschen, le photographe japonais Araki nous décrit un homme qui évoque la vie à travers la photographie. Son œuvre fascinante, qui représente des décennies d’images, se trouve condensée en 540 clichés qui racontent l’histoire d’Araki et forment son ultime rétrospective.

 

Araki Nobuyoshi

 

Célèbre pour ses clichés intimes, ces instantanés de femmes souvent attachées avec des cordes (kinbaku, l’art du bondage japonais) et de fleurs sensuelles et colorées, Araki est un artiste qui réagit fortement à ses émotions et se sert de la photographie pour les ressentir plus intensément. Obsédé par les femmes, Araki cherche à s’en rapprocher par la photographie, les cordes se changent en étreinte et le clic du déclencheur en baiser. Son œuvre est à la fois choquante et étrangement tendre; artiste au style très personnel, Araki n’a pas peur de ses émotions ni de les montrer à la face du monde.

 

Araki Nobuyoshi

 

Araki Nobuyoshi

Littéralement «la beauté du lien étroit», le Kinbaku-bi, art japonais du bondage érotique, fascine depuis longtemps Nobuyoshi Araki, qui en a fait un de ses sujets de prédilection. Araki a été qualifié de génie et de poète, mais aussi de misogyne, de pornographe et de monstre, mais son œuvre transcende les classifications moralistes et simplistes. Il a dit de son travail: «Il n’y a pas de conclusion. C’est totalement ouvert. Cela ne va nulle part.» Que ce soit au sens littéral ou figuré, les modèles qu’il attache se retrouvent bel et bien entravées, bien que de la manière la plus excitante qui soit. Björk et Lady Gaga l’admirent, et elles ont toutes les deux posé pour lui — la seconde s’abandonnant voluptueusement aux cordes qui la maintiennent.

More Works on

http://www.arakinobuyoshi.com

Publicités