mars 23

Mots-clefs

Dennis Stock, “James Dean”.

Dennis Stock (né le 24 juillet 1928 à New York, mort le 11 janvier 2010 à Sarasota en Floride) est un photographe américain, membre depuis 1951 de l’agence Magnum Photos.

  

Il est connu pour ses reportages sur le jazz et ses photographies de l’acteur James Dean. Il réalise également des photos de mode. À la fin des années 1960, il parcourt la Californie et photographie des hippies, des motards, des concerts. Ces photographies témoignent de la liberté, de la jeunesse et de l’esprit de contestation (manifestations des Noirs américains, manifestations contre la guerre du Viêt Nam) qui régnait en Californie à cette époque.

  

En 1947, après avoir été apprenti à Life Magazine, il remporte le premier prix Life du «Young Photographers’ contest». En 1951, appelé par Robert Capa, il rejoint la fameuse agence Magnum, tout d’abord à Paris.

Vient alors l’époque hollywoodienne, par l’intermédiaire encore de Capa, il fait la connaissance de Nicolas Ray. Le cinéaste lui présente le jeune Dean avec lequel il va se lier d’amitié. Stock réalise un reportage sur le futur acteur légendaire, dans la ferme familiale de James Dean, à Fairmont dans l’Indiana, au milieu des cochons. Mais aussi et surtout la célèbre photo sur Times Square. A son catalogue, il réalise aussi de magnifiques portraits des stars hollywoodiennes: Marilyn sur le plateau de Bus Stop de Joshua Logan, Audrey Hepburn accoudée à la por­tière d’une voiture noire, ou encore Marlo Brando interprétant Napoléon sur le tournage de Desirée de Henry Koster.

  
  

Passionné de musique, Stock est également connu pour ses portraits de jazzmen, Armstrong dans sa loge au Latin Casino en 58, Billie Holiday, Miles Davis, Gene Krupa ou Duke Ellington, il en fait un livre, Jazz Street.

  

Au milieu des années soixante, il s’intéresse à la côte ouest des Etats-Unis, ses hippies, ses Hells, la vague de contestation qui emporte la Californie de l’époque.


  

Le photographe américain Dennis Stock, disparu en 2010, est au centre du nouveau film d’Anton Corbijn, « Life« . En 1955, il suivit pendant de longs mois le jeune James Dean, alors en pleine ascension. La série deviendra iconique. Dans son livre “James Dean”, il en dévoilait les coulisses : « La première new-yorkaise de « A l’est d’Eden » eut lieu le 10 mars à l’Astor Theater, à l’angle de la 45e Rue et de Broadway, après une avant-première, la veille, devant un public de célébrités, donnée au profit de l’Actors Studio. Mais Jimmy nu fut présent ni à l’une ni à l’autre soirée. ‘Je suis désolé, avait-il dit à Jane Deacy, je ne peux pas supporter ce milieu‘, et il s’envola pour Los Angeles. »

  
  
  
  


© Dennis Stock / Magnum Photos

Publicités