Chris von Van­gen­heim, Glamour and Violence.

Chris von Van­gen­heim a révolutionné la photo de mode des décennies 70-80 avec Guy Bourdin et Helmut Newton. On lui doit le porno chic et bon nombre de clichés percutants parus dans Vogue ou Interview. Les éditions Rizzoli lui ont consacré une monographie glossée, pour découvrir l’immense talent d’un artiste sans limites.

  
  
  
Il appelle à l’énergie des femmes et leur volonté (appa­rente) de culti­ver une cer­taine hos­ti­lité. Les sil­houettes s’ennivrent de leur propre alcool aux saveurs d’eros. Elles deviennent ce qu’elles sont dans leur secret et par bonds dans l’illimité. Chaque corps appelle la pro­vo­ca­tion en jaillis­sant à l’air libre dans un éther sans rive ni inno­cence.

  
  
  

D’où, comme disait le bon Oscar (Wilde), l’importance d’être constant là où l’être en sus­pens reste tou­jours plus proche du désir que de la détresse.Ce qui sur­vient signe une ouver­ture du récit « pho­to­gra­phique ». Les modèles affirment leur rayon­ne­ment ardent en noir et blanc ou en couleurs.

  
  
  
  

Publicités